> Activités > Salon de l'agriculture > Patrimoine Agricole

 

 

Avant l’attrait de l’Or Blanc, Bourg Saint Maurice vivait exclusivement de ses terres. Pendant plus de 100 ans, le Pré de Foire sur les hauteurs de Bourg Saint Maurice, revêtait ses couleurs d’automne et accueillait veaux, bœufs, vaches, moutons, porcs… Cette foire traditionnelle était le rendez-vous incontournable pour tous les éleveurs de la région qui venaient se fournir en bêtes qui avaient bien profité en alpage pendant l’été.

Le Salon de l’Agriculture de Montagne, en place depuis 2013, essaie de refaire vivre cet esprit de foire dans le centre-ville du vieux Bourg, dans un esprit de partage, de connaissance et de savoir-faire.

Découvrez sans plus attendre, l’ambiance et la teneur de ce Pré au Foire, véritable institution boraine à travers ce court texte tiré du livre Bourg Saint-Maurice et ses environs / Berceau de la civilisation tarine, aux éditions La Fontaine de Silvé de Brigitte Alzieu et Eveline Alzieu-Martin.

Le Canton de Bourg Saint Maurice était essentiellement autrefois un pays agricole d’élevage bovin.

De grandes foires de bétail se tenaient dans toute la Tarentaise à Aime, Moûtiers et Bourg. Au printemps, elles permettaient de former les troupeaux avant la montée en alpage. En automne, les bêtes, redescendues de la montagne, étaient vendues avant l’hiver.

La foire d’automne de Bourg était une des plus importantes de la région, mais aussi une des plus anciennes. Elle fut autorisée, sur demande des communiers, en 1473 par Yolande de France, femme d’Amédée IX et sœur de Louis XI, alors régente du duché de Savoie. Sa date exacte évoluera dans le temps. Fixée au départ du 10 au 12 septembre, elle se déroulera ensuite en deux temps : du 4 au 5 septembre (ou quelques jours plus tard) avec son « retour » les 27 et 28 du même mois (dite « foire de la Saint Michel »).

Tous les éleveurs du canton, et même des villages environnants, venaient vendre leurs bêtes. La veille, les troupeaux descendaient des alpages et étaient parqués dans les vergers avoisinant le Bourg. C’est à ce moment-là qu’un bon nombre de transactions « officieuses » s’opérait… Le lendemain, le cheptel était admis sur le pré de foire, de la rue de la Chaudanne au pré Saint-Jean.

Au début du siècle, la foire rassemblait 1500 à 2000 têtes de bétail. Pour l’occasion, le bourg est en effervescence. Les hôtels sont complets pendant trois ou quatre jours. Les forains et colporteurs ont envahi les rues car les paysans descendus vendre leurs bêtes achètent avec ce pécule tout ce qu’ils ont besoin pour plusieurs mois : habits, outils et produits manufacturés. On en profite aussi pour aller voir le notaire ou le médecin. Un guide touristique d’après-guerre décrit l’ambiance de ces jours particuliers : « Il faut voir le bourg le 8 septembre ; il faut surtout l’entendre. Ce ne sont que gais carillons de sonnailles, que coup de gong donné par les « reines » des troupeaux. Partout l’on froisse des billets bleus, partout l’on court après des bêtes qui s’échappent, partout l’on appelle et l’on crie ».

Si l’on vend quelques cochons, des moutons et des mulets, la « star » incontestée de la foire est la vache tarine. Cette race spécifique de Tarentaise a été révélée au grand public lors du concours régional de Montbrison en 1857… alors que la Savoie n’était pas encore française. Les éleveurs de la région ont fondé un herd-book en 1889 et, à force de sélection, obtenue la tarine actuelle avec toutes ses caractéristiques. Ces magnifiques bêtes au « pied alpin » ont de remarquables qualités d’endurance et de sobriété recherchées pour l’exportation. Il est à remarquer également qu’il y a peu de provinces aujourd’hui où les animaux soient aussi bien soignés, étrillés, peignées et lavés régulièrement…

 

Jusque dans les années 50, les acheteurs venaient de toute la Savoie et du Dauphiné, mais aussi de Bourgogne, d’Italie ou d’Afrique du Nord. Les maquignons affrétaient des trains complets pour le bétail qu’ils avaient acheté. Les laitières un peu âgées étaient, elles, acheminées vers le Modo pour les laitiers des grandes villes.

Aujourd’hui, la foire a perdu de son importance tant au niveau des transactions de bovins qu’au point de vue du commerce local. Une partie du pré de foire a d’ailleurs disparu avec l’urbanisation galopante ! Les élevages ont diminué en nombre et le négoce du bétail se réalise en toute saison. A la mi-avril, c’est le comice agricole qui récompense « la fine fleur de l’élevage tarin. » Mais les agriculteurs récompensés pour la qualité de leurs bêtes n’apposent plus, comme autrefois, avec fierté les plaques de prix sur leur maison…

Pour en savoir encore davantage…